Les NTIC accentuent-elles notre stress ?

Standard

NTIC
Aujourd’hui, 190 000 SMS sont envoyés par seconde à travers le monde. Les nouvelles avancées technologiques de ces dernières années ont bien fait évoluer nos manières de communiquer et nos rapports humains.

Ces nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ont permis de garder le contact avec des personnes éloignées, nous ont permis de pouvoir nous informer sur n’importe quel sujet en quelques secondes si l’on a accès à Internet et ont diminué nos délais de correspondances. Qui pense encore à envoyer une vingtaine de lettres à ses amis pour les convier à un anniversaire ? Un événement Facebook, quelques appels téléphoniques ou un e-mail groupé et les choses seront réglées en quelques secondes, sans soucis de la localisation de chacun et sans coût supplémentaire pour l’émetteur.

Les NTIC se sont fait leur place dans notre vie quotidienne, tant dans notre vie privée où elles ont modifié nos manières de communiquer ou de nous informer que dans notre univers professionnel où les méthodes de travail ont évolué suite à leur développement fulgurant. Aujourd’hui, l’usage de nos téléphones portables, ordinateurs, smartphones, tablettes s’est démocratisé et leur utilisation est de plus en plus intensive. Ces NTIC, omniprésentes dans nos vies, possèdent des avantages certains mais également d’importants défauts.

Les smartphones nous permettent d’être connectés à tout instant, nous devons répondre à une masse toujours plus importante d’e-mails et le travail s’immisce de plus en plus dans notre vie privée par le biais des nouvelles technologies. Voici quelques facteurs qui nous amènent à nous poser la question suivante : « Les nouvelles technologies de l’information et de la communication accentuent-elles notre stress ? ».

De toute évidence, la réponse à cette question est oui ; on parle du phénomène de technostress. Ce terme est utilisé pour les personnes souffrant de crises d’angoisse et de dépressions dans un environnement technologique déshumanisé.

Notre fil rouge est donné par la précédente question, et toutes les autres qui en découlent : les NTIC peuvent-elles être néfastes dans notre travail ? Où se situent les barrières entre vie privée et vie professionnelle ? Suis-je capable de me déconnecter complètement ? Comment peut-on faire un meilleur usage des NTIC ? Comment les entreprises peuvent-elles lutter contre le technostress ?

Pour la lire la suite de l’étude (qui est un petit peu trop longue pour être publiée ici), je vous invite à vous rendre sur www.technostress.fr

Sounds cool? You can follow me on Twitter @AntoineAugusti